La lutte contre l’hépatite C accélère en France !

Depuis le mois de mai, deux traitements pangénotypiques contre l’hépatite C ne relèvent plus exclusivement d’une prescription hospitalière. Les médecins de ville peuvent désormais prescrire ces médicaments au bénéfice des patients atteints d’hépatite C chronique dans le cadre d’une prise en charge simplifiée1. Une nouvelle étape décisive pour atteindre l’objectif national d’élimination de la maladie à horizon 2025.

Vous êtes professionnel de santé, vous souhaitez être informé(e) des prochaines actualités en hépatite C, n’hésitez à pas vous inscrire à notre newsletter en allant sur email.abbvie.fr

ou en cliquant sur l’icône suivante

Trente ans après la découverte du virus en 1989, l’hépatite C chronique (VHC) est devenue la première maladie chronique virale2 que l’on peut guérir dans plus de 95% des cas3. Le VHC touche environ 110 000 personnes en France4, dont 58 000 à 69 000 en souffriraient sans le savoir3. Depuis 2014, 60 000 personnes ont été guéries de l’hépatite C chronique3, mais de nombreux efforts sont encore à faire pour atteindre l’objectif des pouvoirs publics français d’éliminer le VHC du territoire à horizon 2025.

A cet égard, depuis le mois de mai, l’ouverture de la prescription des nouveaux traitements à l’ensemble des médecins non-hépatologues, donc y compris généralistes et addictologues, constitue une étape décisive pour l’accès au traitement et à la guérison du plus grand nombre. Un patient atteint du VHC peut maintenant être dépisté et soigné par son médecin traitant dans le cadre d’une prise en charge simplifiée1.

L’objectif de la communauté hépatites – parmi lesquels professionnels de santé, sociétés savantes, industriels, associations de patients – est d’éliminer l’hépatite C en France à horizon  20251. La contrainte de la prescription hospitalière des AAD levée au profit d’un parcours de soins de proximité, l’un des principaux obstacles restant aujourd’hui à résoudre est le dépistage des personnes infectées par le virus à leur insu.

« Dans la lutte pour l’élimination du VHC en France, l’implication de l’ensemble des médecins dans la prise en charge du patient infecté par le VHC est essentielle, se réjouit Pierre-Claude Fumoleau, président d’AbbVie France. L’ouverture de la prescription en ville de certains AAD à tous les médecins est dans la suite logique de la dispensation des nouveaux traitements de l’hépatite C chronique dans les pharmacies de ville, qu’AbbVie est fière d’avoir rendu possible il y a plus d’un an. Le défi actuel de la communauté des hépatites est de dépister et guérir les personnes qui ignorent encore être infectées par le virus.»

Des progrès considérables ont été réalisés depuis 2014 avec la mise à disposition des nouveaux AAD. Ils sont plus efficaces, plus sûrs et mieux tolérés que les traitements antérieurs. Ils peuvent guérir la grande majorité des patients infectés par un virus de l'hépatite C avec des durées de traitement plus courtes (8 à 12 semaines en général). L'infection par le VHC, non traitée, peut entrainer sous sa forme chronique, une morbidité importante dont notamment une cirrhose ou un cancer du foie ; et peut conduire au décès.

Sensibiliser le grand public sur ces complications potentielles est indispensable, car toute personne dépistée peut bénéficier d’une prise en charge de proximité et guérir. AbbVie continuera à s’engager aux côtés des patients et de leurs associations, des professionnels de santé et des pouvoirs publics pour atteindre l'objectif national de l’élimination du VHC en France à horizon 2025. #DubruitcontrelHepatiteC

 

1. HAS – Fiche mémo – Hépatite C : prise en charge simplifiée chez l’adulte – mars 2019

2. Inserm – Dossier d’information - Hépatite C - La seule maladie virale chronique à pouvoir être guérie 

3. Dhumeaux D (dir), “Prise en charge thérapeutique et suivi de l’ensemble des personnes infectées par les virus de l’hépatite B ou de l’hépatite C”, Rapport de recommandations pour le Ministère des Affaires sociales de la Santé, réalisé sous l’égide de l’AFEF et de l’ANRS, Editions EDK/Groupe EDP Sciences, Paris, 2016.

4. Roudot-Thoraval F, présentation lors de la journée des hépatites, 15 mai 2018.

FR-VHCV-190030 – 05/2019