Comprendre la maladie de Parkinson

Connaissez-vous les symptômes de la maladie de Parkinson, en dehors du tremblement ?

Quelle prise en charge ?

Combien de personnes touche-t-elle en France ?

Tout savoir sur la prise en charge au long cours de cette maladie.

La maladie de Parkinson a été décrite pour la première fois il y a plus de 200 ans en 1817, par un médecin londonien James Parkinson, appelée alors « la paralysie agitante ». Elle est aujourd’hui, en France, la 2e maladie neurodégénérative1 la plus répandue touchant plus de 200 000 personnes2, avec 25 000 nouveaux cas chaque année3. Généralement perçue comme une pathologie liée à l'âge, on estime qu’à partir de 65 ans une personne sur 100 serait atteinte de la maladie de Parkinson1. Elle peut cependant toucher de jeunes individus.

Les cellules nerveuses atteintes par la maladie de Parkinson se situent dans une zone appelée « substance noire », au centre du cerveau. Ces cellules produisent de la dopamine, une substance chimique qui permet aux neurones de communiquer entre eux, essentiels au contrôle du mouvement. La mort des cellules de la substance noire crée un manque de dopamine laissant apparaitre peu à peu, chez les personnes atteintes, des symptômes moteurs comme par exemple des tremblements d’une seule main, une rigidité musculaire, l'impossibilité ou le ralentissement des mouvements, à l’origine d’une diminution de l'activité. La maladie s'accompagne aussi de symptômes non moteurs, souvent méconnus, comme par exemple la dépression, des troubles cognitifs et du sommeil, une fatigabilité anormale, des douleurs musculaires.

Les traitements oraux mis en place dans les premières années de la maladie s'accompagnent quasiment toujours d'une grande amélioration voire d'une disparition des signes de la maladie. Mais la maladie évolue et les traitements oraux deviennent moins efficaces avec le temps4. Au stade des complications motrices de la maladie, deux approches thérapeutiques selon la population éligible sont disponibles et apportent un réel soulagement au patient parkinsonien : la stimulation cérébrale profonde et les systèmes de pompe.

La stimulation cérébrale profonde, proposée à certains patients, consiste en l’implantation de fines électrodes dans une zone du cerveau afin d'émettre des impulsions électriques. Les systèmes de pompe visent à délivrer en continu des substances pour pallier au manque de dopamine.

25 centres experts Parkinson5 répartis à travers la France assurent la
continuité des soins entre l’hôpital et le domicile. Pour en savoir plus sur la prise en charge de la maladie de Parkinson, contactez le
centre expert le plus proche de votre domicile.

FR-NEUP-190001 – 03/2019

1. Dossier d’information sur la maladie de Parkinson réalisé sur le site INSERM, avec les Pr Jean-Christophe Corvol, directeur du Centre d’investigation clinique de l’ICM (Paris) et Stéphane Hunot, directeur de recherche CNRS/Inserm à l’ICM –Février 2015

2. CNAM 2014 - CNAMTS/DSES/DEPP & DEOS, mise à jour le 8 aout 2016, Fiche pathologie « Personnes prises en charge pour maladie de Parkinson en 2014 ». 

3. Santé publique France : Dossier maladies neurodégénératives - Maladie de Parkinson, publié le 20.09.2016

4. Gershanik OS. Clinical problems in late-stage Parkinson's disease. J Neurol 2010 ;257 : 5288-291

5. Ministère des Solidarités et de la Santé : Dossier maladies neurodégénératives - La maladie de Parkinson, publié le 30.10.15