Cancer : trois raisons de mon enthousiasme pour l’avenir de la prise en charge

By Danelle James, M.D., M.A.S.

Être chercheur en oncologie est, aujourd’hui plus que jamais, une mission passionnante. Les pratiques devenues aujourd’hui habituelles dans le traitement du cancer ne me semblaient être que de lointaines promesses il y a encore dix ans. À présent que ces promesses lointaines sont entrées dans le quotidien de la nouvelle prise en charge des patients, je suis impatiente de découvrir ce que l’avenir nous réserve en matière de traitement du cancer. Voici les raisons de mon enthousiasme :

1. La chimiothérapie n’est qu’une partie de l’équation

L’émergence de nouvelles méthodes de traitement applicables à de nombreux types de cancer permet aux patients et à leurs médecins d’envisager de nouvelles options de traitement en association sans avoir à recourir à la chimiothérapie. La chimiothérapie a beau être le traitement de référence du cancer, ce n’est pas un traitement idéal. Son efficacité initiale s’accompagne d’effets indésirables sévères. La récente mise sur le marché de nouveaux traitements moins toxiques permettant d’obtenir de bons résultats à long terme représente un pas dans la bonne direction.

L’association de traitements pourrait également apporter d’autres bénéfices. Au fil des ans, de plus en plus d’études ont montré que l’association de certains médicaments anticancéreux permettait d’obtenir de meilleurs résultats qu’une monothérapie et donc un bénéfice accru pour le patient.

2. De nouvelles options sont apparues pour les cancers difficiles à traiter

Lorsque j’ai débuté ma carrière d’oncologue, nous disposions d’un arsenal de médicaments anticancéreux capables d’alléger le fardeau de la maladie dans la plupart des cas et de traiter dans certains autres cas, mais ces traitements étaient difficiles à tolérer pour bon nombre de patients. Aujourd’hui, les travaux de la recherche et les avancées réalisées ont commencé à changer radicalement la donne pour de nombreux patients. Nous voyons désormais arriver des traitements qui changent les résultats obtenus chez les patients dans un spectre élargi de cancers, dont des formes rares de cancer.

Prenons pour exemple les cancers du sang. Avant, la seule option thérapeutique pour la leucémie lymphoïde chronique était la chimiothérapie par voie intraveineuse, mais maintenant, nous pouvons traiter cette maladie sans recourir à une chimiothérapie à l’aide d’un traitement par voie orale qui peut être pris à domicile ou ailleurs. Je pense que nous pouvons espérer continuer à voir des évolutions de ce genre dans d’autres types de cancer, notamment dans des formes difficiles à traiter comme les lymphomes non hodgkiniens et de nombreuses tumeurs solides.

3. Une approche thérapeutique plus personnalisée

La prise en charge standardisée des cancers n’est plus d’actualité. Nous sommes à présent en mesure de traiter les patients par des approches plus personnalisées s’appuyant sur des traitements répondant mieux aux besoins spécifiques de chacun, notamment en termes de qualité de vie. Si la recherche vise généralement à prolonger la survie des patients atteints de cancer, tout particulièrement dans le cadre de l’évaluation de nouveaux médicaments (comme c’est indispensable de le faire), il est aussi important d’évaluer la qualité de vie qui pourra être obtenue avec un traitement. Je pense que nous sommes en train de passer à une nouvelle étape qui nous permet enfin de proposer des approches thérapeutiques véritablement ‎novatrices à la fois pour les patients et pour les oncologues et c’est tout simplement fantastique.