Leucémie Lymphoïde Chronique : l’évolution de la prise en charge

L’évolution de la prise en charge des patients atteints d'une leucémie lymphoïde chronique (LLC) est ponctuée de progrès significatifs.

Des experts en oncologie reviennent sur l'évolution la prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique. La leucémie lymphoïde chronique (LLC) fait partie des formes de leucémie le plus souvent diagnostiquées chez l’adulte. Des chercheurs ont récemment découvert des molécules et protéines ciblant les anomalies des cellules leucémiques. Les avancées de la recherche ont abouti au lancement d’études cliniques montrant de réels bénéfices pour de nombreux patients, jusqu’à rendre la maladie indétectable chez certains.

Les débuts de la prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) est la plus fréquente des leucémies survenant chez l’adulte. Elle touche plus les hommes que les femmes et survient généralement après 50 ans1. La leucémie lymphoïde chronique est le plus souvent d’évolution lente, c’est pourquoi elle est considérée comme chronique.

Son évolution clinique est hétérogène avec une durée de vie qui peut varier de 2 à 20 ans en fonction du moment du diagnostic2. En l’absence de traitement, le pronostic vital peut être engagé pour les patients atteints de leucémie lymphoïde chronique aux stades avancés.

A partir des années 1970 et pendant presque 30 ans, la chimiothérapie était le principal traitement possible de cette hémopathie maligne mais, chez la moitié des patients, on observait une progression de la maladie dès la première année de traitement.

« Nous avons fait de nombreux progrès depuis ces années-là, » explique Su Young Kim, M.D., senior medical director, AbbVie. Le docteur Kim, qui travaille en recherche et développement en oncologie, se souvient des patients traités par chimiothérapie au début de sa carrière.  « Cette approche a été abandonnée il y a déjà un certain temps », souligne Michael Hallek, M.D., médecin au service de médecine interne et au centre d’oncologie intégrée à l’hôpital universitaire de Cologne en Allemagne. Il qualifie également les débuts du traitement de la leucémie lymphoïde chronique de frustrants. « En raison de la nature de cette leucémie, de nombreux patients mouraient d'infections ou d’une maladie réfractaire, qui ne répondait pas au traitement. De nombreux médecins se contentaient de soulager les symptômes des patients ayant une leucémie lymphoïde chronique. », précise le docteur Hallek.

Dans la fin des années 1990, après l’ère de la chimiothérapie, le traitement de la leucémie lymphoïde chronique a connu une révolution avec l’utilisation des premières thérapies ciblées. L’apparition de ces thérapies a complètement modifié la prise en charge de ce cancer, dont le diagnostic, jusque-là, annonçait le début d’un parcours du combattant, dont l’issue était rarement positive. On a ainsi pu constater une augmentation significative de la survie globale des patients.

 

Les possibilités actuelles de prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

Durant ces 20 dernières années, les progrès majeurs de la recherche ont permis de mieux comprendre les mécanismes moléculaires à l’origine de la leucémie lymphoïde chronique et la façon dont le microenvironnement influence la survie des cellules malignes. La recherche de nouveaux traitements s’est orientée vers l’identification de thérapies ciblées, capables de détruire les cellules tumorales présentant une anomalie moléculaire spécifique, ouvrant la médecine de précision en oncologie

En moins de dix ans, nous avons fait des progrès dans la compréhension de la leucémie Lymphoïde chronique. « C’est en lisant les résultats d’une étude sur une nouvelle approche thérapeutique, que j’ai su que nous entrions dans une nouvelle ère.» commente le docteur Kim.

Qu’est-ce qui a changé ?

Le développement de nouvelles générations de thérapies ciblées et l’apparition de nouvelles cibles thérapeutiques ont ouvert de nouvelles perspectives. De nouveaux agents thérapeutiques de précision ont fait leur apparition. Ces petites molécules administrées par voie orale interviennent sur des voies de signalisation clés impliquées dans la leucémie lymphoïde chronique ou dans les mécanismes de résistance au traitement. Ces thérapies ciblées ont le potentiel d’améliorer encore le devenir des patients.

L’avenir de la recherche sur la leucémie lymphoïde chronique

Les scientifiques du monde entier travaillent désormais à étudier et mettre au point les associations thérapeutiques idéales pour les patients atteints d'une leucémie lymphoïde chronique. Danelle James, M.S, M.D., directrice du développement produits en oncologie chez Pharmacyclics, une société d’AbbVie, étudie les résultats de ces associations avec l’espoir, partagé par le  groupe de travail international sur la LLC, que la leucémie lymphoïde chronique pourra un jour être guérie.

« Notre objectif est aujourd’hui de prolonger le plus longtemps possible la vie d'un patient, tout en évitant d’autres problèmes de santé liés à sa leucémie lymphoïde chronique. » explique Danelle James, qui fait aussi remarquer que « malgré des progrès considérables, nous devons encore innover car la grande majorité des patients évolue encore aujourd’hui vers une rechute ou est réfractaire au traitement. »

Les scientifiques s’intéressent aussi aux résistances au traitement. Une cellule cancéreuse résistante est comparable à une infection résistante aux antibiotiques. Une anomalie génétique est le plus souvent à l’origine de ces résistances dans la leucémie lymphoïde chronique. Les recherches du Dr Hallek portent dorénavant sur l'évolution clonale de la LLC.

Des progrès, très encourageants, dans la compréhension de la leucémie lymphoïde chronique, ont été réalisés ces dernières années. Nos chercheurs s’efforcent maintenant de repousser les limites de la science pour que chaque patient ait un avenir prometteur, malgré un diagnostic de leucémie lymphoïde chronique.

1 : Institut de veille sanitaire, Estimation nationale de l’incidence des cancers en France entre 1980 et 2012. Partie 2 émopathies malignes, 2013.

2 : Rai KR, Staging and prognosis of chronic lymphocytic leukemia, 2018

FR-ABBV-200024 – 02/2020